L’Ile d’Yeu, un territoire en évolution

 

 

Le front de port

front-de-port-1Le port aura fait peau neuve : plus d’unité dans l’aspect, plus de convivialité dans l’usage.
Intervenir sur les quais n’est pourtant pas une chose aisée : les usagers – marins-pêcheurs, commerçants, commerçants non-sédentaires, promeneurs,  Compagnie vendéenne… – sont multiples, les usages aussi. Il faut en effet pouvoir le traverser en voiture, circuler à vélo en toute sécurité, flâner à pied, organiser le marché, débarquer marchandises et passagers… Et stationner des véhicules.

Gérer les flux et le parking
Circulation et stationnement ont d’ailleurs été l’un des aspects les plus sensibles du projet. Comment redonner de l’espace aux piétons en conservant deux voies de circulation et suffisamment d’emplacements de parking ?

L’abandon du stationnement en épi apporte une première réponse : en décidant de positionner les voitures de façon longitudinale, on perd effectivement quelques places. Mais pas tant que l’on pourrait le craindre  et pour compenser, la mairie compte notamment sur une gestion plus fine du stationnement.  L’installation de bornes d’arrêt-minute va ainsi permettre d’adapter la durée de stationnement en fonction de la saison. Le stationnement des vélos n’est pas sacrifié pour autant. Repositionné en partie sur le quai Martin, il accueillera plus de cycles qu’aujourd’hui.

Moins de perturbations
Le débarcadère de la Compagnie vendéenne était une autre source de perturbation sur le port avec les passagers qui débouchent directement ou presque sur la chaussée.
La réduction des voies de circulation permet d’élargir sensiblement – de 2,50 mètres – le quai piéton en lui-même : un garde-corps empêchera donc la traversée directe et aiguillera les passagers vers des passages surélevés adaptés, à hauteur de la mairie et de la poissonnerie. Les circulations seront mieux canalisées et surtout plus sûres. D’autant que parallèlement, tout le quai va passer en zone 30.

Unité visuelle
Pour donner de la cohérence au projet, la place La Pylaie va aussi être reformatée. L’idée est d’aménager une rampe pour personnes à mobilité réduite (PMR) depuis la rue Jeanne-d’Arc et un escalier
central côté port afin de créer une incitation. Les murs abaissés et surtout le garde-corps en continuité avec celui de la mairie vont composer une cohérence visuelle.
Parallèlement, les toilettes publiques vont être repositionnées de plain-pied, toujours dans un souci d’accessibilité.

pylaieUne place pour le marché
Mais le gros sujet était surtout le déplacement du marché. L’idée, c’est que désormais le marché dispose de son emplacement et n’en bouge plus. » À ce titre, le choix du quai Carnot est plutôt bien accueilli : « Ce sera forcément mieux qu’aujourd’hui. Nous serons plus abrités que sur le quai du Canada. Cela va aussi faire revivre ce coin du port et les rues derrière », souligne Philippe Cantin. Positionner ce marché principalement consacré aux produits de bouche près des commerces alimentaires semble aussi être une
idée judicieuse. «C’est un bel emplacement, reprend le président de l’association. Il est central, il y a des parkings autour, l’aménagement sera agréable pour les piétons… Les gens vont pouvoir venir de partout !» Avec un aussi beau décor, c’est en effet un excellent gage de réussite !

Pour toute information concernant ce chantier, une application est téléchargeable. Elle se nomme «Colas et moi» et le chantier «front de port» doit être sélectionné. Ensuite les questions seront traitées directement par l’entreprise intervenante.

port1port2

 

 

Voirie rue Georges Clémenceau

clem-2018-06-12-def-16

La rue Georges-Clémenceau, très fréquentée, fait l’objet de travaux importants. Elle présente en effet de gros signes de faiblesse, les bordures sont très abîmées, le niveau d’insécurité est important pour le piéton et la vitesse des véhicules trop élevée.
La réfection de la chaussée a donc pour objectif de sécuriser tous les modes de déplacements, de réduire la vitesse, d’organiser le stationnement, de remettre en état les réseaux défectueux et de compléter l’éclairage public. Les travaux ont débutés dès septembre entre les deux ronds-points, avec le renouvellement des canalisations en eau potable, l’intervention du génie civil pour l’éclairage public, la rénovation des eaux pluviales et la mise en place des regards d’eaux usées. Au cours du premier semestre 2019, la chaussée, les bordures, les trottoirs et le revêtement seront réalisés. Les voiries seront ensuite remises en état au printemps 2019.

clem1clem2

Les bâtiments communaux


Démolition de la salle L. Michaud

Une partie de la cour de la Citadelle est fermée à la population. En effet, les travaux de désamiantage du bâtiment ont démarré puis suivra sa démolition. Ce chantier devrait se terminer d’ici mars.

michaud1

michaud2Démolition de l’écloserie
Les travaux ont débuté le 21 janvier et s’étaleront jusqu’en avril : curetage, désamiantage, déplombage et démoliton.

ecloserie1

 

 

Station hydrogène en service

Fabriquée par le fournisseur Atawey, une station de production d’hydrogène a été mise en service début 2019 au niveau de la zone de la Marèche, près du futur centre technique municipal.
Le fonctionnement est simple : la station est alimentée par des panneaux photovoltaïques qui servent par ailleurs à l’autoconsommation des bâtiments sur place. Lorsqu’il n’y a pas de consommation, cette électricité est stockée sous la forme d’hydrogène par électrolyse de l’eau.
L’hydrogène ainsi produit pourra alimenter les trois véhicules électriques de la mairie. Équipés d’une pile à combustible qui double leur autonomie, ces derniers peuvent rouler avec ou sans hydrogène selon la production et les besoins.

hydro

La mission : transition énergétique, Yeu 2030

œuvre pour l’avenir de l’île dans une stratégie de  développement durable. S’intégrant de manière transversale dans l’ensemble des missions de la collectivité, la transition énergétique s’inscrit sur le territoire autour de 3 objectifs :Territoire à énergie postive pour la croissance verte - L'Ile d'Yeu - mairie

  • Les économies d’énergie,
  • L’efficacité énergétique,
  • Le développement des énergies renouvelables.

Ce projet de territoire a été reconnu « Territoire à Énergie Positive pour la Croissance Verte » par l’État en février 2015.


Ile en transition

La démarche « Ile en transition » : la transition énergétique, c’est l’affaire de tous ! 5 groupes de travail citoyens construisent en partenariat avec la mairie la transition énergétique du territoire dans le cadre du Plan Climat Air Énergie Territorial (PCAET) de l’île : quels enjeux ? Quels projets ? Quels objectifs ?

  • Rejoignez l’un des 5 groupes de travail : mobilité, bâtiment, énergies renouvelables, modes de consommation et le groupe éducation/sensibilisation/formation.

Le projet de parc éolien off-shore
Parc éolien - L'Ile d'Yeu - mairieL’émergence du parc éolien off-shore devrait permettre à l’Ile d’Yeu d’accueillir l’essentiel du futur pôle de maintenance du parc et ainsi aboutir à la création d’environ 80 emplois directs à partir de 2021 sur l’île. Il est nécessaire d’anticiper et de préparer l’aménagement du territoire en conséquence, en partenariat avec le consortium d’entreprises retenu par l’État  (EMYN : Les Éoliennes en Mer des îles d’Yeu et de Noirmoutier) pour la construction du parc : information sur les formations et l’emploi, concertation avec la population et les forces vives insulaires, réflexion autour du logement et des infrastructures d’accueil,…

Le projet Terres Fert’île, un enjeu pour le territoire

vue d'un terrain pour l'agriculture - mairie - île d'yeu
Le Conseil Municipal a voté, le 21 octobre 2014, le principe d’une « mise en valeur du potentiel agricole sur le territoire de l’Ile d’Yeu » en adoptant le projet Terres Fert’île. Dans le Plan Local D’Urbanisme (PLU), plus de 10% des 2 300 hectares ont été  classés en zone agricole (A) dont les trois quarts sont actuellement en friche.
Informations complémentaires ici