Développement économique

Un peu d’histoire

Le dynamisme économique et démographique de L’Ile d’Yeu a fait l’objet de nombreuses études (voir par exemple Les Cahiers nantais 2017-2). Sont mis en évidence la faculté d’adaptation de ses habitants face aux aléas d’une histoire souvent difficile, et leur goût pour la créativité et l’innovation. Les Islais ont également toujours manifesté leur volonté de ne pas dépendre d’une seule activité. Jusqu’au 19ème siècle les marins de l’Ile d’Yeu ont su développer les activités de cabotage dans tout le Golfe de Gascogne. Cette activité avait permis des retombés importantes sur l’île en construction navale et en matière commerciale. Par ailleurs le territoire était entièrement cultivé. La pêche a pris le relai et a permis l’essor des conserveries. A la moitié du 20ème siècle la motorisation des bateaux a été à l’origine de la création d’une pêcherie moderne et dynamique en même temps que montait en puissance l’activité touristique. Les mesures règlementaires de l’Union Européenne ont entraîné une diminution de l’activité halieutique.

Et aujourd’hui

L’économie de la pêche continue avec une flotte d’une trentaine de navires et d’une centaine de marins pratiquant une pêche responsable d’espèces à forte valeur marchande : bar, sole, merlu, lotte, coquillages. Une partie de cette pêche est vendue sur l’île, et une autre débarquée au Centre de marée est expédiée par des mareyeurs vers le continent et la criée des Sables d’Olonne. Il faut ajouter à ces emplois directs un nombre important d’emplois induits dans des activités de services, la vente et les conserveries.

Le tissu économique local est très important pour une commune de 4800 habitants. On dénombre  2300 emplois pour 500 entreprises. Elles se répartissent ainsi :

  • 10% dans le secteur primaire, pêche et agriculture
  • 30% dans le secteur de la construction
  • 60% dans le secteur tertiaire, commerces, services publics et privés, restauration.

L’activité touristique est devenue essentielle. Elle est transversale à tous ces secteurs. A titre d’exemple, les résidences secondaires représentent 60% de l’ensemble des logements. Le secteur de la construction est ainsi directement impacté par l’activité touristique, ce qui  explique sa part importante dans l’économie de l’île. Le Plan Local d’Urbanisme, dans un souci de protection des espaces naturels et de développement de l’agriculture locale, a mis un coup d’arrêt à l’extension des zones urbanisables. Mieux maitrisée l’activité de construction concerne des projets sur des « dents creuses », espaces non construits entourés de parcelles bâties, des projets en périphérie d’espaces urbanisés, et, de plus en plus, des rénovations et extensions de logements anciens. La mise en place début 2019 d’une plate-forme territoriale de rénovation énergétique de l’habitat couplée à une opération programmée d’amélioration de l’habitat devrait renforcer cette orientation.

produit-yeu

Des commerces ouverts toute l’année

L’existence de nombreux services marchands est également influencée par l’importance de l’activité touristique. Les commerces sont pour la plupart ouverts à l’année comme les deux supermarchés et autres commerces d’alimentation, les quincailleries, les magasins d’ameublement et d’équipement de la maison, les garages de réparation automobile, et les magasins d’électroménager. Mais également les activités autour de la navigation de plaisance, de l’entretien des jardins, des magasins d’habillement, de loisirs et l’artisanat d’art. Certaines sont plus sensibles au cycle saisonnier du tourisme. Par exemple celles directement dépendantes de cette saisonnalité comme l’hôtellerie, la restauration et la location de cycles et d’automobiles. L’agriculture elle-même, comme la production maraîchère, est fortement calée, grâce à la vente en marchés de plein air durant la belle saison, sur les périodes de fréquentation touristique.

Un réseau bien développé de services et de transports publics et privés
Les services de soins et santé sont très présents sur l’île à l’année : hôpital local, maison médicale, cabinet infirmier, kinésithérapeutes, vétérinaire, pharmacie, orthophoniste, dentistes, opticien. Du fait de son insularité, qu’elle est une commune-canton,  et qu’elle n’est pas rattachée à une communauté de communes et donc qu’elle en assume les diverses compétences, les services publics gardent une place importante sur l’île d’Yeu. La Mairie est le premier employeur de l’île avec environ 200 agents y compris ceux des deux EPHAD, du camping municipal, des services jeunesse et du cinéma. La Gendarmerie nationale est présente, le Trésor Public y a une agence, de même que la Poste, Enédis et les affaires maritimes, et bien sûr, l’Office de Tourisme. Mais il faut surtout citer l’existence de deux écoles primaires et de deux collèges publics et privés. Les transports publics et privés sont également bien présents. Le cœur des déplacements se situe à la gare maritime propriété du Département. La compagnie Yeu-Continent, régie du même Département, assure la liaison avec le continent toute l’année avec des navires modernes et confortables. La Compagnie vendéenne, privée, est présente en saison. La compagnie Pajarola assure le transport de marchandises pondéreuses avec le port des Sables d’Olonne, et un pétrolier le ravitaillement en carburant depuis la raffinerie de Donges. Des liaisons aériennes sont effectuées par la société locale Oya Vendée Hélicoptère depuis l’aérodrome ou de Port Joinville de manière rapide avec le continent, ainsi que les évacuations sanitaires vers les hôpitaux de Challans, La Roche sur Yon et Nantes. Un bureau SNCF existe à la gare maritime. Un réseau public local d’autobus-ID Bus-financé par la Commune  fonctionne d’avril à début novembre. Des taxis assurent des transports sur l’île et sur le continent. Enfin une société d’autocars (Marco Paulo) et un petit train sur route permettent une visite rapide de l’île.

Le service développement économique de l’Ile d’Yeu
Un service dédié aux activités économiques et à l’emploi a été mis en place par la Mairie. Il est situé 49 rue des Bossilles.

Accueil et information des entreprises
Le service de développement économique accueille et oriente les porteurs de projets d’implantation d’entreprises sur l’Ile d’Yeu :

  • Entretiens, et mise en relation avec des personnes ressource et des services dédiés : banques, chambres consulaires, experts comptables, service urbanisme par exemple
  • L’organisation et l’animation de réunions d’informations à destination des commerçants et artisans sur des thèmes variés
  • Animation de la plateforme d’initiative locale IVCO (Initiative Vendée Centre Océan) d’aide à la création ou à la reprise d’entreprises : depuis 2014, les prêts à taux 0% accordés par le comité d’agrément local, composé d’experts du territoire (chefs d’entreprises, banquiers et experts comptables), s’élèvent au total à 250 000 € prêtés à 27 entrepreneurs pour un équivalent de 52 emplois maintenus ou créés.  

Partenariat avec les associations économiques

    • L’Union des Commerçants et artisans (UCA)
      Une collaboration avec l’UCA porte par exemple sur :

      • L’organisation de manifestations annuelles telles que la foire commerciale et « les guinguettes de Joinville »
      • La mise au point d’un plan de signalétique commerciale directionnelle
      • La préparation, le suivi et le bilan des saisons estivales.

  • Le Collectif Agricole
    • Participation du service au projet « Terres Fert’île » au sein du Comité de Développement Agricole (CDA) avec les représentants des associations du Collectif Agricole, de Yeu Demain, de Terre de Liens, de la SAFER, et les élus référents de la Mairie.

Gestion des ateliers communaux affectés à l’activité économique

L’activité économique est concentrée principalement à Port Joinville et sur la Zone Artisanale de la Marèche, et dans une moindre mesure à Saint Sauveur et au port de La Meule.

Le quartier des Usines situé dans l’arrière port utilise d’anciens bâtiments de conserverie pour essentiellement l’accueil d’activités commerciales. Dans le bâtiment de la place du Champ de Foire on dénombre ainsi 6 commerces.

La Zone Portuaire proprement dite est dédiée exclusivement aux activités maritimes : port de pêche, compagnies de transport maritime, mareyage, port de commerce, port de plaisance, commerces et artisanat en lien avec la mer tel que l’entretien et la réparation navale.

La Zone Artisanale de La Marèche créée il y a une vingtaine d’années, et tenant compte du coût des terrains à bâtir qui entrave les activités, elle propose aux acteurs économiques des solutions d’implantation. Par ailleurs, afin de faire face au refus de l’Etat de les implanter sur l’emprise de l’ancienne zone d’enfouissement technique des Corbeaux, les services dédiés à la réception et à la gestion des déchets ont été positionnés également dans la zone artisanale. Une extension de la zone est en cours sur la partie sud-est.

Actuellement la ZA comprend :

  • 13 terrains loués par le biais de Baux Emphytéotiques Administratifs (BEA). Cette solution permet aux entrepreneurs d’ériger un bâtiment sur des terrains appartenant à la Mairie et loués pour un minimum de 18 ans et un maximum de 99 ans. Les tarifs sont très accessibles (2,93€ le m² par an).
  • 11 bâtiments  dans lesquels 12 entreprises et la caserne des pompiers du Département  sont installées pour leurs activités. La plupart d’entre elles sont liées avec la Mairie par des baux commerciaux classiques (3-6-9 ans) hormis 1 atelier qui reste en bail précaire afin de pouvoir proposer une solution à de nouveaux porteurs de projets.

La marque commerciale « Les produits de l’Ile d’Yeu »

Depuis maintenant 5 années, la collaboration entre la Commune et certains producteurs et artisans de L’Ile d’Yeu fait vivre la marque « Les Produits de L’Ile d’Yeu ». L’association « Les Produits de L’Ile d’Yeu » a pour objectif de faire valoir et mettre en avant les savoir-faire de femmes et d’hommes installés et habitant toute l’année sur l’île, et y créant et développant des produits de qualité et authentiques.

Cette association regroupe désormais une vingtaine de producteurs aux métiers différents : productions maraichères et agricoles, artisanat d’art (bijoux, rideaux, chapeaux, céramique, objets en tissus, pochettes en toile recyclée…), conserves et produits transformés à base de poissons, de fruits et de légumes, bières artisanales, pâtisseries. A travers ce travail de production artisanale, les créateurs développent et affermissent les filières économiques locales. Ils sont présents sur des salons régionaux et nationaux (marché de Noël de Nantes, Salon Nautic, Festival des Insulaires, L’Ile d’Yeu débarque à Nantes…) pour le rayonnement de l’île dans son ensemble.

L’objectif est de faire découvrir les commerçants et artisans de l’île qui aiment faire connaitre « Les Produits de L’Ile d’Yeu » et qui partent avec plaisir à la rencontre du monde en emmenant les saveurs et leurs savoir-faire !

Participation aux réseaux départementaux et régionaux

Le service de développement économique est en relation avec Vendée-Expansion, la CCI de Vendée, la Chambre des Métiers, le Pôle-Emploi de Challans, la CAPEB et la FNB de Vendée, IVCO, le GAL (groupe d’action locale) du Nord-Ouest Vendée, l’Agence régionale des Pays de la Loire, l’Association des Iles du Ponant. Il participe aussi chaque année à l’animation du Festival des Insulaires.